«Cinéma du réel»: douze premiers films à voir sur Mediapart

Découvrez les courts métrages de la section « Première fenêtre », issue de la programmation du 43e festival international du film documentaire Cinéma du réel. Et votez pour votre film préféré afin de décerner le prix du public.

Ce documentaire est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

Cinéma du réel et Mediapart

9 mars 2021 à 12h36

Découvrez les films courts de la section « Première fenêtre », issue de la programmation du 43e festival international du film documentaire Cinéma du réel, qui se tient du 12 au 21 mars. Douze tout premiers gestes documentaires réalisés par des jeunes gens en situation d’apprentissage ou non, étudiants d’écoles d’art, de section cinéma à l’université, d’ateliers de réalisation divers ou fabriqués hors de toute structure.

Les votes pour désigner l’œuvre lauréate du prix du public « Première fenêtre » sont clos. Les films restent en ligne sur cette page jusqu’au 31 mars.

Désolé, les droits de diffusion de ces films
sur Mediapart ont expiré

  • I tried to shout with them, de Nafiseh Moshashaeh (2020, Iran/France, 10 min)

Strasbourg, France, 2019. Une femme iranienne immigrée, étudiante en art, flottant à travers et observant sa nouvelle vie alors qu’elle est toujours attachée à son passé. Perdue dans le passé et le présent de sa vie personnelle, sociale et politique, elle lutte pour comprendre et survivre dans des mondes parallèles paradoxaux… vivant quelque part entre les deux.

  • Palermo Sole Nero, de Joséphine Jouannais (2021, France, 26 min)

Dennis et Ibra vivent à Palerme sans savoir combien de temps ils pourront y rester. Quand Ibra disparaît, Dennis part à la recherche de son ami dans la ville, sous les regards des saints protecteurs.

  • Sain uu ?, d’Anouk Maupu (2020, Suisse/Mongolie, 29 min)

Nomingerel, Egshiglen, Bayarjavkhlan et Enkhmaa ont entre 13 et 18 ans et vivent à Khatgal, un village du nord de la Mongolie. Avec leurs smartphones, elles ont filmé pendant plusieurs mois leur quotidien et nous livrent, au travers de leurs regards d’adolescentes, le portrait d’un pays en pleine mutation.

  • Tilleen, le débile et le génie, d’Ugo Simon (2021, France, 23 min)

Dans la Médina de Dakar, Pape Diop disperse des œuvres qu’il crée avec ce qu’il trouve dans la rue. Fasciné et inquiet qu’il ne disparaisse, Modboye collectionne ses créations.

  • Les Maisons de sable, de Clara Bensoussan (2020, France, 25 min)

Te voilà vissée dans cette maison. Ta bougeotte connaît une trêve. Tu repenses aux amitiés terminées.

  • Diane, de Ludovic Hadjeras (2020, France, 16 min)

Diane est une jeune traqueuse. Camouflée dans sa combinaison aux motifs 3D de paysages enneigés, elle arpente la vallée de la Clarée (Hautes-Alpes) à la recherche de loups. Elle suit une piste qui semble prometteuse. Les empreintes dans la neige sont fraîches, elle entend leurs hurlements.

  • Nuisibles, de Paolo Jacob (2020, France, 36 min)

Pour les corbeaux, les champs de maïs sont comme d’immenses mangeoires à ciel ouvert. Les futures récoltes s’envoleraient en quelques heures si Fanny ne faisait pas acte de présence du lever au coucher du soleil, tel un épouvantail vivant.

  • L’Annonce, de Denis Liakhov (2021, France, 7 min)

En décembre dernier, en plein confinement, j’ai décidé d’appeler ma mère en Russie pour parler avec elle de ce jour où, il y a presque cinq ans, je suis venu lui annoncer que j’étais malade.

  • Wadi Jhannam – La vallée de l’enfer, de Zoé Filloux (2020, France, 33 min)

Hicham habite à Beyrouth, il est botaniste. Dès qu’il peut, il s’en va travailler au nord du Liban, dans la vallée de l’enfer. Avant de partir, en marchant, pendant les pauses, il me raconte son métier. Quand Hicham parle, ses histoires entrent en résonance avec celles d’un pays en crise. 

  • C’est ainsi qu’on va vers l’été, de Calypso Baquey (2020, France, 36 min)

Jacqueline est hospitalisée dans une unité de soins de longue durée. Kani, son auxiliaire de vie, l’a suivie de son domicile à l’hôpital. Au fil du temps, les deux femmes ont noué une relation inédite. Face au corps malade de Jacqueline, à sa mémoire altérée, il y a la carrure de Kani et son sens de la vie. Jacqueline est ma mère. Toutes trois, nous sommes dans le même bateau, ce film est notre traversée.

  • Tony, d’Alexandra Simpson (2019, Suisse, 7 min)

À l’approche d’un ouragan, un homme trouve refuge dans un supermarché.

  • Les Étoiles, de Nina Orliange (2021, France, 33 min)

Andréa s’entraîne à devenir une idole de la pop coréenne. Élise, Fiona, Anna et Léonie se retrouvent chaque samedi pour parfaire leur chorégraphie. Guiliana, qui pratique le twirling bâton, passe son temps chez Étienne, dans cette chambre décorée d’estampes de black metal. Kathleen rêve lorsqu’elle écoute de la musique. Avec ses amis, ils se préparent pour cette fameuse fête, se prennent en photo, se font des films.


Nos derniers documentaires

À la Une de Mediapart

Santé — Reportage
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Syndicats
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Social
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Social — Reportage
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne