«Les Arbres qui marchent» sur la voix d’Erri De Luca

Par Tënk et Mediapart

Matière à bateau, charrette, meuble violon ou clarinette, le bois s’abandonne à l’homme qui le travaille. Le documentaire explore la relation entre l’homme et la nature en suivant, tout au long d’un voyage en Italie, les transformations des arbres, de la matière première au produit fini.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Un arbre a besoin de deux choses : de la substance sous le sol et de la beauté à l’extérieur. Ce sont des créatures concrètes, mais animées d’une force d’élégance », remarque Erri De Luca. Les arbres, « figures opposées au mouvement, parce qu’ils naissent et meurent au même endroit », ne peuvent non plus s’échapper devant ceux qui veulent les abattre. Et, pourtant, même morts, ils continuent de vivre entre les mains des artisans qui les transforment. Signé Mattia Colombo et Erri De Luca, ce documentaire , tel un poème, tisse des liens sublimes entre la nature et la communauté des humains.