«A Mansourah, tu nous as séparés», récit d’une déportation oubliée

Par Tënk & Mediapart

Pendant la guerre d’Algérie, plus de deux millions de personnes ont été déplacées par l’armée française et regroupées dans des camps. Le père de la réalisatrice Dorothée-Myriam Kellou était de ceux-là. Ils reviennent ensemble sur les lieux pour un documentaire dont la justesse et la douceur des images soutiennent des années de silence. En partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire dauteur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les camps de déplacés et l’expulsion de villages durant la guerre d’Algérie sont une histoire largement occultée aussi bien en France qu’en Algérie. Cette déportation, qui a concerné la moitié de la population algérienne, a non seulement largement modifié le visage sociologique et économique du pays en provoquant un exode rural massif et sans retour, mais a aussi provoqué une rupture radicale avec l’histoire du pays, une destruction de l’ordre social et symbolique. Elle est aussi à l’origine de nombre d’émigrations.