«Tunisia Clash», la répression du rap contestataire

Par Tënk & Mediapart

Les artistes Phenix, Weld El 15, Madou, Klay BBJ... ont cru en 2011 que la chute de Ben Ali allait apporter aux Tunisiens la liberté de parole et de chanter. Mais parce qu’ils réclament dans leurs chansons la justice sociale, qu’ils dénoncent la corruption et la misère, ils ont été harcelés au quotidien par la police, arrêtés en plein concert et condamnés à de la prison ferme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rapeurs et tunisiens, ils illustrent une génération issue des quartiers populaires harcelée par la police et le pouvoir en place. La réalisatrice et journaliste Hind Meddeb traverse avec Weld El 15 (alors en cavale en attente de son procès), et son ami Phenix, la Tunisie des banlieues populaires du sud de Tunis jusqu’aux plateaux désertiques du centre. Sur cette route, une scène alternative se dessine : artistes, militants, citoyens ordinaires lui confient leurs rêves et leurs espoirs, entre constat amer, désir de révolte et soif de liberté. Ce documentaire est sorti en 2015.