France Documentaire

En Nouvelle-Calédonie, «jadis fut la rivière»

En écho à la mobilisation de jeunes Kanak contre trois nouveaux sites d’extraction du nickel, voici l’histoire d’une pollution de rivière qui, au début des années 1980, a provoqué la révolte de la population préfigurant les événements de 1988 en Nouvelle-Calédonie.

Ce documentaire est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

Mehdi Lallaoui

31 août 2018 à 12h33

« Il suffisait qu'ils envoient des citernes... Mais à la place de l'eau potable, ils ont envoyé les forces de l'ordre. » Cela est arrivé à Koindé, en Nouvelle-Calédonie, au début des années 1980. Une rivière polluée affecte la vie de toute une tribu. Face à la colère de la population qui bloque la scierie pour exiger du forestier qu’il arrête de détruire l'eau et la forêt, le haut-commissaire envoie les forces de l’ordre, avec grenades, hélicoptères, gaz lacrymogènes. Deux gendarmes seront tués. Ce fut l'une des premières révoltes pour la préservation de l'environnement, préfigurant les événements de 1988 sur l'île. Koindé, jadis fut la rivière, documentaire de 21 minutes, a été réalisé en 2017 par Mehdi Lallaoui et résonne, aujourd'hui, avec la mobilisation contre l'extraction des mines de la société Le Nickel (à lire ici).

Le 4 novembre 2018, quelque 160 000 Calédoniens sont appelés à se prononcer sur l’indépendance de cet archipel de l’océan Pacifique, français depuis 1853. Retrouvez dans notre dossier nos articles et nos reportages sur ce moment décolonial décisif.


Nos derniers documentaires

Culture-Idées
par Mehdi Lallaoui
Culture-Idées
par Tënk et Mediapart
Culture-Idées
par Images en Bibliothèques & Mediapart

À la Une de Mediapart

Défense — Enquête
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Discriminations
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Droite — Reportage
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne