« Zero Impunity » : le fléau des violences sexuelles en temps de guerre

Au carrefour du journalisme d’enquête et de l’activisme, d’images réelles et de reconstitutions animées, le film des frères Blies retrace le combat de victimes de violences sexuelles dans des zones de guerre et de lanceurs d’alerte indignés par ces exactions.

Ce documentaire est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© a_BAHN, Mélusine Production, Webspider Production

Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies

7 mai 2022 à 10h10

Zero Impunity est l’histoire contemporaine d’un paradoxe. Alors que nos sociétés disposent d’un arsenal juridique qui permettrait de condamner les violences sexuelles en temps de guerre, l’impunité reste totale. En alternant prises de vues réelles et reconstitutions animées, les réalisateurs Stéphane Hueber-Blies et Nicolas Blies font entendre des voix de survivant·es et de lanceurs et lanceuses d’alerte indigné·es par ces exactions.

Divisé en plusieurs chapitres, le film aborde des cas aussi variés que le viol d’enfants dans la Syrie de Bachar al-Assad, les violences sexuelles commises dans le Donbass par les forces séparatistes pro-russes et ukrainiennes, les accusations de viol visant des soldats français engagés dans l’opération Sangaris en République centrafricaine, les violences sexuelles utilisées comme méthode de torture par des militaires américains après le 11-Septembre, ou encore les accusations visant des Casques bleus des Nations unies.

Sorti en 2019, ce film est la pièce centrale d’un projet transmédia décliné en six enquêtes publiées en 2017 sur Mediapart et plusieurs médias internationaux (Internazionale en Italie, InfoLibre en Espagne, Le Desk au Maroc, Inkyfada en Tunisie, Correctiv en Allemagne, Tageblatt au Luxembourg), un livre, Impunité Zéro, paru aux éditions Autrement, une pétition en ligne qui a rassemblé à ce jour plus de 405 000 soutiens et des projections géantes organisées sur des bâtiments publics.

Crédits

  • Un film de Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies
  • Coréalisation et animation : Denis Lambert
  • Collaboration artistique : Olivier Crouzel
  • D’après les investigations du collectif Youpress : Leïla Minano, Hélène Molinari, Delphine Bauer, Cécile Andrzejewski, Sophie Tardy-Joubert, Justine Brabant, Ariane Puccini, Ilioné Schultz, Anne-Laure Pineau, avec l’aide de Daham Alasaad, Marie-Alix Détrie, Julia Sereix et Camille Jourdain
  • Producteurs : Marion Guth, François Le Gall, Louise Génis-Cosserat, Stéphan Roelants
  • Une production a_BAHN, Mélusine Production, Webspider Production, avec le soutien du Film Fund Luxembourg et du CNC

Les six enquêtes publiées sur Mediapart et plusieurs médias internationaux en 2017

À la Une de Mediapart

France — Reportage
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Budget — Analyse
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Europe — Analyse
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Gauche(s) — Analyse
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne