« Zero Impunity » : le fléau des violences sexuelles en temps de guerre

Au carrefour du journalisme d’enquête et de l’activisme, d’images réelles et de reconstitutions animées, le film des frères Blies retrace le combat de victimes de violences sexuelles dans des zones de guerre et de lanceurs d’alerte indignés par ces exactions.

Ce documentaire est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© a_BAHN, Mélusine Production, Webspider Production

Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies

7 mai 2022 à 10h10

Zero Impunity est l’histoire contemporaine d’un paradoxe. Alors que nos sociétés disposent d’un arsenal juridique qui permettrait de condamner les violences sexuelles en temps de guerre, l’impunité reste totale. En alternant prises de vues réelles et reconstitutions animées, les réalisateurs Stéphane Hueber-Blies et Nicolas Blies font entendre des voix de survivant·es et de lanceurs et lanceuses d’alerte indigné·es par ces exactions.

Divisé en plusieurs chapitres, le film aborde des cas aussi variés que le viol d’enfants dans la Syrie de Bachar al-Assad, les violences sexuelles commises dans le Donbass par les forces séparatistes pro-russes et ukrainiennes, les accusations de viol visant des soldats français engagés dans l’opération Sangaris en République centrafricaine, les violences sexuelles utilisées comme méthode de torture par des militaires américains après le 11-Septembre, ou encore les accusations visant des Casques bleus des Nations unies.

Sorti en 2019, ce film est la pièce centrale d’un projet transmédia décliné en six enquêtes publiées en 2017 sur Mediapart et plusieurs médias internationaux (Internazionale en Italie, InfoLibre en Espagne, Le Desk au Maroc, Inkyfada en Tunisie, Correctiv en Allemagne, Tageblatt au Luxembourg), un livre, Impunité Zéro, paru aux éditions Autrement, une pétition en ligne qui a rassemblé à ce jour plus de 405 000 soutiens et des projections géantes organisées sur des bâtiments publics.

Crédits

  • Un film de Nicolas Blies et Stéphane Hueber-Blies
  • Coréalisation et animation : Denis Lambert
  • Collaboration artistique : Olivier Crouzel
  • D’après les investigations du collectif Youpress : Leïla Minano, Hélène Molinari, Delphine Bauer, Cécile Andrzejewski, Sophie Tardy-Joubert, Justine Brabant, Ariane Puccini, Ilioné Schultz, Anne-Laure Pineau, avec l’aide de Daham Alasaad, Marie-Alix Détrie, Julia Sereix et Camille Jourdain
  • Producteurs : Marion Guth, François Le Gall, Louise Génis-Cosserat, Stéphan Roelants
  • Une production a_BAHN, Mélusine Production, Webspider Production, avec le soutien du Film Fund Luxembourg et du CNC

Les six enquêtes publiées sur Mediapart et plusieurs médias internationaux en 2017


Nos derniers documentaires

À la Une de Mediapart

Gauche(s) — Entretien
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Europe
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Migrations — Reportage
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Politique
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne