«L’instrumentalisation de l’histoire est dans l’ADN du régime algérien»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour l’historienne Karima Dirèche, spécialiste du Maghreb, directrice de recherches au CNRS, le référendum sur la révision constitutionnelle, prévu dimanche 1er novembre en Algérie, n’est qu’une opération « cosmétique » : « C’est du maquillage. Les vieux réflexes autoritaires et répressifs se sont réenclenchés durablement. Tout reste bloqué. »