Alger la blanche noire de monde

La capitale algéroise a offert ce 1er mars une nouvelle démonstration de force, continuant à braver l’interdit formel de manifestation depuis 2001. Quadrillée par un important dispositif sécuritaire, la foule, des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, s’est densifiée au fil des heures. Le photographe algérien Fethi Sahraoui nous raconte cette nouvelle mobilisation historique, en noir et blanc et en format carré.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Vendredi 1er mars 2019. Avant que la rue Hassiba-Ben-Bouali – l'une des artères les plus longues et les plus fréquentées du centre d’Alger – ne devienne noire de monde après la grande prière hebdomadaire.

Voir tous les portfolios