Cuba, en suspension entre deux mondes

Par

En 2011, Raúl Castro, devant l’Assemblée nationale du pouvoir populaire, annonçait l’ouverture du régime à l’entreprise privée, une véritable fissure dans le modèle socialiste en place depuis 1959. C’est ce moment que le photographe David Himbert a choisi pour commencer à documenter, sur le long terme, la transition politique et économique dans l’île, ou en d’autres termes, la fin de la révolution de Fidel Castro. Raúl Castro a désormais tiré sa révérence, et ce jeudi 19 avril, Miguel Díaz-Canel, seul candidat en lice, a été investi à la présidence du pays. Il a promis la « modernisation de l'économie et du modèle social » et exclu tout retour au capitalisme.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Guanabo, banlieue de La Havane, mars 2016. Une résidence particulière en banlieue, une voiture dans le « driveway », un carré de verdure… les Cubains, dont le salaire moyen ne dépasse pas 29 dollars par mois, expriment sans ambiguïté, mais avec les moyens du bord, leurs rêves de classe moyenne. Et une semaine après la visite historique de Barack Obama à La Havane, les rêves sont plus que jamais permis. 

Voir tous les portfolios