De l’enfer afghan à l’impasse pakistanaise

13 photos

Après la prise de Kaboul par les talibans le 15 août 2021, 122 000 personnes ont été évacuées grâce à un gigantesque pont aérien. Des milliers d’autres sont restées en Afghanistan avec l’espoir de faire changer les choses. Mais face à la détérioration de la situation, 250 000 Afghan·es se sont depuis réfugié·es au Pakistan voisin. Sans régularisation de leur situation par le gouvernement pakistanais ou par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, sans délivrance de visa de la part des pays occidentaux, beaucoup se retrouvent aujourd’hui dans une impasse.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Arthur Larie

    Le 16 août 2022. Khyber Pass, frontière pakistano-afghane. Porte naturelle et historique entre l’Asie centrale et le sous-continent indien sur laquelle veillent les tribus pachtounes, la Khyber Pass est l’un des seuls points de passage entre l’Afghanistan et le Pakistan. Perchée à 1 070 mètres de hauteur, elle dévale les cols de l’Hindou Kouch, du village frontière de Torkham jusqu’à la ville de Peshawar, 58 km plus bas, dans la vallée fertile de la rivière Kaboul. Depuis 1979, ces routes ont vu passer les vagues successives d’Afghan·es poussé·es à l’exil par l’invasion soviétique, la guerre civile et vingt ans de guerre contre le terrorisme. Subissant l’histoire tourmentée du pays, le Pakistan est devenu malgré lui leur première terre d’accueil. Dans les années 1990, plus de 4,5 millions d’Afghan·es fuyant les combats avec l’URSS ont migré au Pakistan, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). En 2002, après la chute du premier émirat islamique et un retour relatif de la paix, 3,7 millions d’Afghan·es décident de rentrer dans leur pays. Mais l’histoire se répète, et les gorges étroites de la passe de Khyber ont à nouveau assisté à la fuite désespérée depuis l’Afghanistan, lorsque les talibans sont devenus, une fois de plus, les maîtres du pays, le 15 août 2021.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — International
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Politique
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — France
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — International
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim