De Sangatte à la « New Jungle », quatorze ans d'incurie politique

Par

Des campements, des conditions de vie insalubres et indignes, de la répression policière, des expulsions, des morts... Entre 1999, année d'ouverture d'un centre d'accueil pour les immigrés sans papiers à Sangatte, et 2015, rien de nouveau en dépit du nom du lieu dans lequel s'entassent aujourd'hui quelque 2 000 migrants : la New Jungle. C'est ce que montre magistralement le travail photographique d'Olivier Jobard, qui, depuis 2001, se rend régulièrement à Calais et dans les environs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Juin 2001, Sangatte. Des clandestins viennent se laver à la plage, faute de douches disponibles dans le centre d’hébergement de la Croix-Rouge.

Voir tous les portfolios