«Demi-mort.e.s», parce qu’homosexuel.le.s

15 photos

Avoir des relations sexuelles entre adultes de même sexe est considéré comme un délit, voire un crime, dans 72 États du monde. En Afrique, où 33 pays sur 54 disposent de lois répressives, l’homosexualité est instrumentalisée ou stigmatisée par des gouvernements. Ainsi, le président ougandais Yoweri Museveni a qualifié en mars 2014 les homosexuels d’« ekifire » : de « demi-morts ». Pour vivre en paix, certains vont alors vivre masqués. Mais il existe aussi des activistes, déterminés à lutter pour leurs droits. Rassemblant leur courage, ils poussent les membres de la communauté LGBTI à se montrer. Depuis des années, Frédéric Noy documente la vie de ces communautés dans trois pays d’Afrique de l’Est : le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Frédéric Noy / Cosmos

    Burundi. Brinch, chez lui, une maison qu’il loue dans un quartier de Bujumbura. Pour gagner de quoi vivre, il coud. Son père a découvert son orientation de manière fortuite. Alors que Brinch travaillait dans un salon de beauté comme maquilleur, son père passe dans la rue au moment où il faisait une démonstration à une cliente. « Voilà que je vois ce que j’ai entendu ! » Il l’appelle. Apeuré, Brinch s’enfuit. Son père lui fait dire de ne plus rentrer à la maison. Il passe quelques jours chez des amis, demande pardon et revient. « L’image que mon père avait de moi était encore dans son esprit. Les punitions devinrent atroces. » Le père le chasse de nouveau. Alors que Brinch était toujours parmi les dix premiers à l’école, son père ne paie plus ses études. « Ça m’a beaucoup choqué. Quand il m’a chassé, j’étais jeune. Je ne connaissais pas la vie. Pour devenir ce que je suis, j’ai traversé de dures épreuves. J’ai acquis un caractère. On dirait que je ne suis pas un enfant comme les autres dans ma famille, alors que c’est moi qui devrais garder les plus jeunes. Ça me fait mal encore. J’ai été chassé de chez moi alors que mes parents étaient séparés. Puis ma mère est morte. Mon père m’a alors dit : “Dans ma famille, on n’a jamais vu d’homo. Va déterrer ta mère pour lui demander qui est ton père.” Il dit qu’il n’a pas enfanté d’homo et qu’il me faut trouver un autre père à qui parler de mon caractère… » Depuis, Brinch s’est exilé au Kenya, où il a ouvert un salon de coiffure et de couture.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal — France
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal — International
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — International
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud