A Diyarbakir, dans les quartiers kurdes encerclés

Par

Quelques heures avant la visite du premier ministre turc Ahmet Davutoğlu à Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, un attentat à la voiture piégée a tué sept policiers et blessé 27 personnes, jeudi 31 mars 2016. Il a été revendiqué le lendemain par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Depuis l'été 2015, le processus de paix en Turquie est en suspens, multipliant les affrontements entre les forces militaires turques et le YPS, branche urbaine du PKK. Des quartiers et des villes entières sont sous couvre-feu. Ces photos ont été prises dans les quartiers de Sur et de Bağlar de la ville de Diyarbakir (Amed en kurde), “capitale” du Kurdistan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Depuis l'été 2015, de nombreux militants du YPS (la branche urbaine du PKK), ainsi que des civils ayant refusé de quitter leurs maisons, sont portés disparus. Selon la TIHV, la Fondation pour les droits de l'homme de Turquie, 301 civils, dont 72 enfants, ont été tués et 79 corps restent à être identifiés. Les familles réclament les dépouilles de leurs proches.

Voir tous les portfolios