En Ecosse, le second souffle des mouvements populaires indépendantistes

12 photos

En 2016, l’Écosse avait voté à 62 % pour rester dans l’Union européenne. Alors que l’échéance du Brexit approche, l’inquiétude et le ressentiment gagnent une partie de la population, et la question de l’indépendance retrouve de la vigueur. Voyage auprès de militants qui commencent à sérieusement croire possible de quitter le Royaume-Uni.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Julien Marsault (Hans Lucas)

    7 octobre 2020, Glasgow. Des clients du Lismore profitent de leurs derniers verres, quelques jours avant la fermeture des pubs en pleine pandémie de Covid-19. Cet établissement, fréquenté par de nombreux habitants de la région des Highlands, est emblématique de la lutte pour l’autodétermination du pays.
    En témoigne l’urinoir de ce pub, ouvert dans les quartiers ouest de la ville en 1996. Après quelques pintes, les clients sont invités à se soulager sur une plaque détaillant les noms de trois soldats, membres de l’armée britannique ayant participé à l’éviction forcée d’Écossais pendant les Highlands Clearances (« les évacuations des Hautes Terres ») au XVIIIe siècle.
    Rhys Crilley, post-doctorant à l’université de Glasgow spécialisé dans les politiques contemporaines, et le professeur Robert A. Saunders, spécialiste de l’histoire britannique à Farmingdale State College, y voient un « acte de résistance citoyenne ou la matérialisation de la géopolitique dans le quotidien, le vernaculaire et le vulgaire ». C’est aussi un exemple parmi tant d’autres d’une lutte populaire contre l’oppression anglaise, ancrée profondément dans la population et dont la dynamique se comprend au-delà de l’agenda politique traditionnel.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — France
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal — France
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)