En Slovaquie, des murs contre les Roms

En Slovaquie, où entre 7 % à 10 % de la population est rom, de plus en plus de murs sont érigés pour séparer les ghettos de la communauté « blanche ». Outre ces barrières physiques, des murs invisibles fracturent la société slovaque : les Roms ont un accès limité à l'éducation, car leurs enfants sont forcés de fréquenter des écoles spéciales pour enfants handicapés ou des institutions dans lesquelles il n'y a pas de « Blancs ». Ils n'ont pas accès au marché du travail et sont contraints de vivre dans des conditions misérables au sein de zones marginalisées de villes et villages.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. « Désolé », à Michalovce. Le mur de la ville de Michalovce, située dans l’est de la Slovaquie, sur lequel a été écrit le mot Prepáčte, “Désolé” en slovaque. Cette barrière a été construite en 2010 pour empêcher les habitants du ghetto rom de passer par la zone résidentielle voisine. Fait singulier, les habitants du quartier ont financé eux-mêmes ce mur, en collectant 3 000 euros grâce à une levée de fonds participative, sorte de crowdfunding anti-roms. Selon les associations des droits de l’homme, il y aurait 14 murs de ce type en Slovaquie, la majorité concentrés dans l’est, la région la plus pauvre du pays, où vivent de nombreux Roms.

Voir tous les portfolios