General Electric: à Belfort, salariés et habitants mobilisés pour dire «stop au massacre»

General Electric, qui emploie 4 300 personnes sur le Territoire de Belfort, a annoncé, au lendemain des élections européennes, la suppression de 1 050 postes dans sa branche turbines. Samedi 22 juin, plusieurs milliers de salariés et d’habitants ont manifesté dans les rues de la ville pour dire non au plan social du groupe américain, répondant à l’appel de l’intersyndicale mais aussi du patronat local.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Belfort, 14 heures. Depuis une heure déjà, la foule se rassemble place de la Résistance, au pied de la Maison du peuple.

Voir tous les portfolios