Guadeloupe : la vie sans eau potable le long du feeder

18 photos

L’accès à l’eau potable est un droit fondamental. Pourtant, l’eau manque en Guadeloupe. Les associations de défense des usagers réclament une refonte du système. Le système de canalisations construit dans les années 1960 n’a pas été entretenu, des conflits entre certaines collectivités locales et la Générale des eaux (Veolia), la vétusté des structures, la contamination d’une partie des ressources par le chlordécone sont autant de freins à la bonne distribution de l’eau. C’est une situation invivable pour les Guadeloupéens, victimes de « tours d’eau » et de coupures le long du feeder de Belle-Eau-Cadeau, colonne vertébrale du réseau d’eau, censé alimenter une bonne partie de l’archipel.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Alberto Campi / We Report

    Capesterre-Belle-Eau, le 9 juin 2021. L’usine de Belle-Eau-Cadeau est « le cœur du réacteur » pour Olivier Serva, député La République en marche de Guadeloupe et rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur l’eau, lors de sa visite en juin 2021.

    Situé sur la commune de Capesterre-Belle-Eau sur la Basse-Terre, au pied du volcan de La Soufrière, le site est connu pour être l’un des endroits les plus arrosés du globe, avec 8,5 mètres par année en moyenne de précipitations, selon Météo France. Pour avoir une idée de l’ordre de grandeur, les régions les plus pluvieuses de France (Jura et Pays basque) se situent autour de 1,6 mètre en moyenne annuelle, et Paris est à 0,63 mètre. Les installations sont délabrées, les fuites d’eau sont visibles sur la structure elle-même. Aucune sécurité n’est assurée à l’entrée. Le grillage est abattu, le portail est grand ouvert, remplacé par une simple chaîne. N’importe qui peut y accéder. Pourtant, c’est ici que débute le plus long circuit d’eau de l’archipel : un feeder de 120 kilomètres. Un feeder est une canalisation de grand diamètre qui constitue l’épine dorsale d’un système de distribution d’eau et permet de relier les différents réservoirs au réseau de distribution. En Guadeloupe, il y a plusieurs feeders, tant pour l’irrigation que pour l’eau potable. Le feeder de BEC (Belle-Eau-Cadeau) est le principal pour l’eau potable.

    Construit dans les années 1960, il achemine plus de 28 millions de m3 d’eau par an, soit 40 % de la production d’eau potable guadeloupéenne, selon un rapport de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato
Portfolio — 7 photos
par Agence France-Presse et Justine Brabant

À la Une de Mediapart

Journal — France
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal — International
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Politique
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg