La tragique disparition de «l’or bleu» du Sénégal

15 photos

Surnommées « l’or bleu », les eaux du Sénégal sont réputées pour leur fertilité. Elles jouent un rôle important dans l’alimentation des populations du pays et d’une partie de l’Afrique de l’Ouest. Mais cette richesse attire également la convoitise des chalutiers et bateaux-usines étrangers, principalement chinois et européens. Face à sa surexploitation, la ressource halieutique se raréfie, mettant en danger la sécurité alimentaire des populations vivant le long des côtes mais aussi dans la sous-région.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Pierre Vanneste / Dremmwel webdocumentaire (2020)

    Départ en pêche de nuit d’une pirogue à senne tournante, océan Atlantique, centre-est, février 2016.
    Le 30 avril 2012, pour répondre à la colère des artisans-pêcheurs sénégalais, le gouvernement du pays annonce l’annulation des licences des droits de pêche octroyées à vingt-neuf chalutiers étrangers, dont quatorze pêchaient les pélagiques (principale espèce consommée dans la sous-région). Mais depuis 2015, des accords avec l’Union européenne ont été signés, autorisant pendant cinq ans la présence de trente-huit thoniers et de deux navires de merlu noir dans les eaux sénégalaises. La pression sur la ressource est reconduite. Ces accords ne prennent en compte ni l’utilisation d’appâts pour la pêche au thon ni les nombreuses prises annexes engrangées par les chalutiers. En 2016, une lettre était adressée au président de la République sénégalais pour demander la fin des négociations d’accord avec la Russie, dont les bateaux ont été à plusieurs reprises arraisonnés pour pêche illégale. La raréfaction de la ressource pousse les plus petits pêcheurs à aller toujours plus loin en mer. Au large, les artisans-pêcheurs sénégalais rencontrent souvent des porte-conteneurs ou de gros chalutiers étrangers. Les collisions sont fréquentes. 181 personnes seraient décédées en mer en 2017, selon la direction de la protection et de la surveillance de la pêche au Sénégal.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato
Portfolio — 7 photos
par Agence France-Presse et Justine Brabant

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — International
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — France
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc