Portfolios

«Le Kid», naissance d’un champion

11 photos

Killian habite Charleroi, en Belgique. Dans cette ville sinistrée par les fermetures d’usines, Killian rêve de boxe. Cela tombe bien, le Boxing Club Garcia, de Bouffioulx, une commune voisine, l’accueille et l’enfant de 13 ans est particulièrement doué. Le photographe Thomas Fliche (30 ans) a suivi Killian pendant deux ans. Deux ans où toute sa vie bascule. Dans un livre d’une justesse remarquable, ce n’est pas tant de ring et d’uppercut qu’il est question, mais plutôt d’un territoire, d’une réalité sociale et d’une jeunesse pleine d’espoir.

Thomas Fliche (photos & légendes)

14 décembre 2019 à 18h11

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

  1. © Thomas Fliche

    Juillet 2017. Premier jour à Charleroi et surtout première rencontre avec Killian Dufrenne et sa famille. Nous avions convenu que celle-ci se ferait le jour d’un entraînement pour Killian, avec ses coachs. C’est également le genre de lieu où je suis à l’aise. Sous le regard de ses parents, je commence à photographier Killian qui s’échauffe. Pour ma visite, Killian fait spécialement un sparring (une forme d’entraînement sans blessure faite à l’adversaire). Je le photographie ici lors d’une minute de repos. Il a alors 13 ans. Je suis fasciné par la salle du Boxing Club Garcia. Elle a une âme, et son histoire s’écrit sur les murs. J’échange avec Julio, fondateur du club, ancien boxeur professionnel. Comme son fils, Michel, il vient d’être licencié de l’usine Caterpillar de Gosselies, près de Charleroi. Le constructeur d’engins de chantier américain employait ici près de 2 200 personnes.

  2. © Thomas Fliche

    Juillet 2017. Le lendemain de notre rencontre, Killian déjeune avec des amis à Fleurus. Il m’y a donné rendez-vous. Il ne me faut pas longtemps avant de croiser ces jeunes qui courent dans les ruelles. Je me présente rapidement et Killian explique brièvement ma présence. Je les suis et ils n’ont pas l’air gênés par ma présence. Ils bougent beaucoup, escaladent un peu partout, traînent près de la gare, entrent dans des lieux abandonnés et bravent certains interdits. Parfois, je les vois chuchoter entre eux. Parmi eux, il y a une certaine Karolyn, que Killian rencontre pour la première fois.

  3. © Thomas Fliche

    Août 2017. Killian observe les usines au loin. Nous sommes à Dampremy (section de la ville de Charleroi), commune au grand passé industriel, du temps des mines de charbon. C’est alors la deuxième fois que je me rends à Charleroi.

  4. © Thomas Fliche

    Octobre 2017. Présentation des boxeurs d’avant-combat avec les coachs, Antonio et Loris Garcia, lors d’une soirée de gala à Herstal. C’est le 4e combat amateur de Killian et le premier auquel j’assiste.

  5. © Thomas Fliche

    Mars 2018. Usines fermées sur la route de Mons. Quand, depuis Paris, j’arrive sur Charleroi en voiture, je m’arrête de temps en temps, seul, pour faire quelques photos du territoire avant de rejoindre Killian chez lui.

  6. © Thomas Fliche

    Avril 2018. Enfin, nous y sommes. J’assiste au gala annuel du Boxing Club Garcia, qui a lieu dans l’école communale de Châtelineau. La Fight Night Garcia 3 ! Autour, il y a les Carolos, les habitués. C’est familial et populaire. J’attendais cet événement avec impatience depuis le début de ce reportage. Entretemps, j’ai suivi quelques combats, mais celui-ci a une saveur toute particulière… Killian boxe chez lui, sur ses terres. Ici, il reçoit les consignes de ses coachs, les frères Loris (face à lui) et Antonio Garcia.

  7. © Thomas Fliche

    Avril 2018. Huitième combat de Killian lors du gala du Boxing Club Garcia, à Châtelineau (à gauche). Après le verdict qui l’annonce gagnant, Killian retourne dans son coin (rouge) auprès d’Antonio et Loris.

    Été 2018. Cela fait bientôt un an que j’ai commencé à suivre Killian. Après notre première rencontre, nous avons pu passer du temps ensemble. La plupart des moments à deux, nous les passons à chercher comment entrer dans les usines abandonnées de la ville. Je le photographie à l’intérieur, fais quelques portraits. Lui aussi est occupé : il filme pour les réseaux sociaux. C’est un gamin aventurier, ce qui m’aide à raconter les vestiges de la ville.

  8. © Thomas Fliche

    9 octobre 2018. Karolyn et Killian posent le jour de la naissance de leur enfant à Braine-l’Alleud. Je me rends à la maternité en compagnie de la mère de Killian, Angélique. Quand nous arrivons, cela fait quelques petites heures que Kathlyn est née. Karolyn a bonne mine, parle d’avantage que Killian, qui est plus réservé, patient. Ils ont tous deux passé la nuit précédente dans cette chambre d’hôpital. Avant de partir pour Paris, je réalise une dernière photo.

  9. © Thomas Fliche

    Avril 2019. Préparation dans le vestiaire avant la finale du championnat de Belgique à Gand.
    Killian n’a peut-être jamais été autant préparé physiquement depuis que je le suis. Plusieurs mois d’entraînement et de régime. L’atmosphère est différente, ce qui est probablement dû à l’enjeu et au fait que le combat a lieu en Flandre.

  10. © Thomas Fliche

    Avril 2019. Zaal Golden Gloves. Finale du championnat de Belgique à Gand (Flandre).

  11. © Thomas Fliche

    Avril 2019. Zaal Golden Gloves, combat de Killian (en bleu) en finale du championnat de Belgique à Gand (Flandre). Direct au corps de Killian. Il se déplace et varie plus ses coups portés que son adversaire, pourtant plus grand que lui. À la fin du combat, je vois Killian gagnant, mais c’est une décision aux points et on ne sait jamais ce qui peut être annoncé… Le 15e combat de Killian le sacre champion de Belgique, catégorie des poids légers amateurs. Aujourd’hui, Killian envisage une carrière de professionnel.

    * * *

    Thomas Fliche,
    Le Kid
    ,
    éditions Imogène,
    144 pages et 150 photographies en couleurs,
    relié dos toilé, 22,5 x 30 cm

    Sortie le 8 novembre 2019. À commander ici.


Nos derniers portfolios

Portfolio — 19 photos
par Laurent Carre et Jeanne Frank
Portfolio — 19 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 20 photos
par Photos : Sadak Souici / Agence Le Pictorium | Textes : Théophile Simon
Portfolio — 14 photos
par Édouard Bride (Photos) et Nicolas Montard (Textes)

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint