A Livourne, dans l’Italie renfermée

14 photos

En Toscane, comme dans tout le reste de la péninsule, les sorties et déplacements sont quasiment interdits depuis le 4 mars. Les Italiens sont confinés jusqu’au 3 avril au moins. Contrôles de police, cours à distance, transports en commun déserts, « droit de retrait » des travailleurs : ici comme en France, la population se protège. Le photographe Giacomo Sini documente le quotidien de sa ville.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Giacomo Sini

    La mer est un élément fondamental pour l’identité de Livourne et de ses habitants. Quand le soleil point ici, on se rencontre sur la promenade. Depuis le 4 mars 2020, le gouvernement a publié jour après jour une série de décrets qui ont renforcé les restrictions pour contenir l’épidémie de Covid-19. Le 9 mars, autour 22 heures, le président du Conseil des ministres, Giuseppe Conte, a déclaré étendues à toute l’Italie les restrictions de circulation des personnes. Nous sommes tous frappés. Même en Toscane, à Livourne, à quelque 350 km de Milan, capitale de la Lombardie, épicentre de l’épidémie en Italie. Comme en France aujourd’hui, on ne peut sortir qu’avec une autorisation écrite pour raison de travail, d’urgence ou de nécessité. Tout à coup, sur la promenade, il n’y a plus personne, seulement le murmure de la mer.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti
Portfolio — 20 photos
par Sadak Souici (photos) et Théophile Simon (texte)

À la Une de Mediapart

Journal — Économie et social
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — France
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal — France
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — International
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec