Monde de miasmes

Par

Que voit une photographe quand aller vers les autres lui est interdit ? Nous avons demandé à Nadège Abadie de nous montrer où se porte son regard.
« Un monde chloroformé par la chaleur, oscillant entre la douceur du foyer et l’aveuglement de l’incendie. Paris est silencieuse, la fièvre est collective. Le téléphone et la radio continuent de tousser.
Le temps n’existe plus.

Tout est très proche et très loin, trop proche ou trop loin. Je ne sais plus.
Il faut que je me décolle du téléphone. La correction automatique ne fonctionne plus :
“Je t’embrase monde de miasmes”. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Le 16 mars 2020
    Le 17 mars 2020

Voir tous les portfolios