Peyo, cheval soignant en soins palliatifs

17 photos

Après des années de compétitions et de spectacles équestres, Hassen et son cheval Peyo ont quitté la scène pour rejoindre un monde radicalement différent : celui de la médecine, de la solidarité et de la dignité humaine. Car Peyo s’est révélé très sensible aux personnes en détresse et sa présence auprès des malades permet de diminuer fortement les médicaments et ainsi un départ plus apaisé. Scientifiques, médecins et vétérinaires se sont penchés sur son cas.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Jeremy Lempin / Divergence

    26 novembre 2020. Centre de soins palliatifs du Centre hospitalier de Calais (Pas-de-Calais). Après avoir vu les enfants en pédiatrie au premier étage, Hassen et Peyo arrivent par l’ascenseur dans le centre de soins palliatifs pour adultes de l’hôpital de Calais. « Peyo est surnommé “Docteur Peyo” tellement il est intégré à l’équipe soignante », me dit Hassen Bouchakour.
    Longtemps, Hassen et Peyo ont été connus pour leurs participations aux compétitions de dressage et leurs spectacles équestres dans le monde entier. Mais Peyo n’est pas un cheval qui cherche le contact avec l’homme et aime être câliné. Peyo a son caractère bien trempé. Pourtant, à l’issue de certains spectacles, cet étalon choisissait certaines personnes du public, s’approchaient d’elles et décidaient de passer du temps à leurs côtés.
    À force de l’observer, Hassen comprend que son cheval choisit toujours des personnes affaiblies moralement, physiquement, psychologiquement. Il décide alors de se rapprocher de spécialistes : des cliniques vétérinaires, mais aussi des neurologues, psychologues, psychiatres et différents médecins spécialisés afin de tenter de comprendre cette attitude. Après quatre ans de recherches et d’observations, et après avoir testé plus de 500 chevaux ces dernières années (dont ses propres poulains), les médecins et vétérinaires ont pu observer un tel fonctionnement cérébral uniquement chez Peyo. Ce que les professionnels et scientifiques étudient aujourd’hui, c’est la capacité instinctive de Peyo à détecter cancers et tumeurs chez l’être humain et son choix d’accompagner certains patients jusqu’à leur dernier souffle.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato
Portfolio — 7 photos
par Agence France-Presse et Justine Brabant

À la Une de Mediapart

Journal — France
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — International
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal — International
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre