Pour sortir de l’ombre

Par

Ces deux séries photographiques, Gueules d'amour et Têtes d'affiches, résultent des ateliers avec des détenus, organisés par la photographe rennaise de 30 ans Coralie Salaün. La loi interdit que l’on puisse reconnaître les visages des personnes incarcérées. Des mises en scène sont alors travaillées pour questionner, détourner, cette interdiction. Quand notre image ne nous appartient plus, comment la photographie peut se faire miroir, que peut-elle dire de l'identité sans la trahir ? Jet de farine, mouvements, masques, déguisement, travestissement, superpositions… Tous les artifices de la mise en scène servent ici à la fois à masquer et à révéler, à mettre en beauté, à sublimer. À retrouver aussi l'humanité de chacun.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Hiver 2016. Avec les détenus de la maison d'arrêt de Niort.

Voir tous les portfolios