Quarante ans après, la mémoire toujours vive de Sabra et Chatila

16 photos

Le camp de Chatila au sud de la ville de Beyrouth, adjacent au quartier de Sabra, a été ouvert par l’ONU en 1949 pour accueillir des réfugiés palestiniens. Entre le 16 et le 18 septembre 1982, les milices chrétiennes des phalangistes entrent à Sabra et Chatila. Des milliers de Palestiniens sont tués. Dans un Liban traversé par l’une des pires crises socio-économiques de son histoire, la mémoire du massacre est toujours présente chez les actuels habitants des lieux. Quarante ans plus tard, des milliers de personnes tentent de vivre dans un espace de plus en plus précaire. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Aimée Thirion

    Août 2021. Chatila, Beyrouth (Liban). Doua, Palestinienne, est née à Chatila. Cela fait vingt-six ans qu’elle habite un petit appartement dans le camp, avec son père, sa mère, ses frères et sœurs. Son père, Oussama, chauffeur de taxi, n’a pas beaucoup de travail. Alors pour manger, se soigner, vivre, c’est la débrouille. « Il n’y a pas de travail, pas d’avenir dans le camp. Plus bas que la misère, tu meurs. » Pour son avenir, Doua espère quand même se marier mais avant, « il faut trouver le mari ! ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 20 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato
Portfolio — 7 photos
par Agence France-Presse et Justine Brabant

À la Une de Mediapart

Journal — International
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Culture-Idées
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — France
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — France
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim