Roumanie 1989: et Dobrivoie Kerpenisan saisit son village en révolution...

20 photos

À l’ouest de la Roumanie, Sânpetru Mare se situe à 45 km de Timișoara. Lorsque la nouvelle des événements de Timișoara y parvient, des habitants commencent à sortir dans la rue, occupent les institutions et s’attaquent aux symboles du régime communiste. L’artiste Dobrivoie Kerpenisan, 23 ans à l’époque, étudiant en Allemagne, est arrivé à Sânpetru Mare le 16 décembre au soir pour rendre visite à ses grands-parents. Surpris par la révolution, il saisit ce moment historique avec son appareil photo. À son retour en Allemagne, il montre ses photos dans son école, puis range les négatifs. Elles ne seront jamais publiées. Il les retrouve 29 ans après en rangeant ses cartons, se replonge dans ce passé. Le 16 décembre 2019 marque le 30e anniversaire de la révolution roumaine.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Dobrivoie Kerpenisan

    Sânpetru Mare, 18 décembre 1989. Les gens commencent à sortir dans la rue. Le symbole communiste est déchiré du drapeau roumain.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — International
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal — France
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal — France
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — France
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan