Portfolios

A Saint-Brieuc, les photos se parlent

10 photos

Avec dix photographes exposés (Sabine Weiss, Pascal Maitre, Matt Stuart…) dans quatre lieux de la préfecture des Côtes-d’Armor, le Photo festival baie de Saint-Brieuc est ouvert gratuitement au public jusqu’au 17 novembre. Florence Levillain, l’une des artistes invités, a choisi lors de sa résidence en juillet dernier de partir du fonds photographique de Lucien Bailly (1881-1975), conservé au musée d’Art et d’histoire de Saint-Brieuc, et de photographier à son tour des habitants de la ville, comme un témoignage à travers le temps. Toutes les légendes sont écrites par Florence Levillain.

Florence Levillain / Signatures

19 octobre 2019 à 16h46

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Florence Levillain / Signatures. En médaillon à droite © Lucien Bailly / Collection Musée d’art et d’histoire – Ville de Saint-Brieuc

    Naëlle et Mélanie, jeunes danseuses au conservatoire. Mélanie se souvient d’être passée de multiples fois devant le Carmel quand elle était petite pour aller voir ses grands-parents, qui n’habitent pas loin. Cette grande bâtisse lui semblait secrète et austère, même si, de temps en temps, elle apercevait les sœurs. La ville rachètera le bâtiment en 2005, alors qu’il a été délaissé par les religieuses après 140 ans de présence. Le mur d’enceinte qui protégeait les carmélites des bruits du monde tombe, ouvrant l’édifice sur la ville.
    Il ne reste rien des cellules monastiques construites en 1936 car d’importants travaux ont permis au conservatoire départemental de s’installer dans l’édifice. Insonorisation, mise aux normes…, la chapelle devient salle de spectacle et le cloître est fermé de verre pour qu’on puisse y circuler tout en profitant de l’architecture en granit du Gouëdic. Mais le bâtiment n’a rien perdu de son caractère et de ses perspectives, et on sent même qu’une certaine vibration perdure, accompagnant les jeunes générations dans leur apprentissage et leur créativité.

    Dans ce lieu majestueux se forment maintenant de jeunes artistes. Mélanie et Naëlle y ont validé leur certificat d’études chorégraphiques en danse classique. Naëlle a décidé de poursuivre ses études de danse afin de finaliser un baccalauréat technique musique et danse à Brest. Son rêve ?… Intégrer l’American Ballet Theatre !

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 19 photos
par Laurent Carre et Jeanne Frank
Portfolio — 19 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 20 photos
par Photos : Sadak Souici / Agence Le Pictorium | Textes : Théophile Simon
Portfolio — 14 photos
par Édouard Bride (Photos) et Nicolas Montard (Textes)

À la Une de Mediapart

Journal — France
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Culture-Idées
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal — France
À Rennes, la justice malmenée par la « crise du service public »
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal — France
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge