Vingt ans de guerre au Sahel

Par

Entre 1993 et 2008, le photographe Pascal Maitre s'est rendu plusieurs fois dans le Sahel, plus précisément au nord du Mali, au Niger, et dans le sud algérien, région actuellement tenue par les groupes islamistes, AQMI, d’Ansar Dine et MUJAO, ainsi que par des groupes de rebelles touaregs dont le principal est le MNLA (Mouvement national de libération de l’Asawad). Une région déjà extrêmement dangereuse. Cette sélection de photos réalisée par l'agence Cosmos pour Mediapart apporte un éclairage sur la situation au Mali, où la France est militairement engagée depuis le 11 janvier 2013.

En partenariat avec :

Mots-clés

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner
  1. Nord du Mali, 1994. Des hommes de l’ATNMC (Alliance touarègue du Nord-Mali pour le changement), dirigée par Ibrahim Ag Bahanga, l’ancien bras droit d’Iyad Ag Ghaly, actuel chef (touareg) d’Ansar Dine.

  2. Niger, massif de l’Aïr, 1993. Au pied du massif du Taghmeurt, un Touareg proche des rebelles du FLT (Front de libération touarègue) guette l'arrivée de l'armée qui pourchasse les membres de la rébellion.

  3. Niger, massif de l’Aïr, 1993. Défilé des hommes du Front de libération touarègue. Le FLT était la principale composante de la rébellion touarègue au Niger. Après un massacre de civils touaregs perpétré par l'armée nigérienne à Tchin-Tabaren en mai 1990, les Touaregs formèrent un mouvement de rébellion qui combattra pendant cinq ans.

  4. Niger, 1993. Mano Dayak (à gauche), chef du FLT (Front de libération touarègue), est l’un des leaders historiques de la rébellion touarègue au Niger, dans les années 1990. Il est mort dans un accident d’avion en 1995.

  5. Nord du Mali, 1994. Ibrahim Ag Bahanga (en jean et turban noir), leader historique de la rébellion touarègue, fondateur de l’ATNMC (Alliance touarègue du Nord-Mali pour le changement), qui se battra contre l’armée malienne à plusieurs reprises au cours des deux dernières décennies. Ancien bras droit d’Iyad Ag Ghaly – actuel chef (touareg) d’Ansar Dine –, Ag Bahanga a été tué dans un accident de voiture en août 2011.

  6. Sud de l’Algérie, massif du Hoggar, 2001. Hiragok, village touareg. Les Touaregs, berbères sahariens, sont surtout présents au Niger, au Mali, en Algérie et en Libye. Nomades par essence, ils se nomment eux-mêmes « Imajeren », hommes libres. Leur culture nomade et leur organisation en tribus s’accommodent mal du tracé des frontières et d’un territoire structuré en États-nations.

  7. Niger, massif de l’Aïr, 2003. Une femme touarègue enseigne le tifinagh, l’alphabet berbère, aux enfants : c’est le sable qui sert de tableau noir. Le tifinagh est utilisé par de nombreuses ethnies du Sahara, du Maroc à l’Algérie, en passant par la Mauritanie, la Libye, le Niger…

  8. Tombouctou, nord du Mali, 2001. La mosquée de Sankoré, construite au tout début du XVsiècle, est devenue une université coranique. L’islam pratiqué traditionnellement au Mali est jugé hérétique par les djihadistes d’inspiration salafiste du groupe Ansar Dine, qui ont détruit plusieurs mausolées de saints durant l'été 2012 dans cette grande ville aux portes du désert.

  9. Région de Taoudeni, nord du Mali, 2008. Une caravane de sel. Dans cette zone totalement abandonnée par l'État malien, les membres d’AQMI s'entraînent, les hommes de l'ATNMC (Alliance touarègue du Nord-Mali pour le changement) opèrent, les trafiquants de drogues et de cigarettes prospèrent, et plus de six cents personnes, hommes et enfants, se ruinent la santé dans les mines de sel. Les caravaniers doivent parcourir 700 km pour rallier Taoudeni à Tombouctou, où la production est vendue.

  10. Taoudeni, nord du Mali, 2008. Dans une mine de sel, à l’heure de la prière.

  11. Taoudeni, nord du Mali, 2008. L’islam radical gagne du terrain, et Ben Laden est une figure populaire parmi les mineurs.

  12. Taoudeni, nord du Mali, 2008. Le chef d’une mine et l’un de ses jeunes « obligés », réduit à l’esclavage. Il aura le droit de rentrer chez lui dans plusieurs années, une fois épongée la dette contractée par sa famille.

  13. Taoudeni, nord du Mali, 2008. Ancienne colonie pénitentiaire détruite par les rebelles touaregs en 1990.

  14. Taoudeni, nord du Mali, 2008. Site de l’ancien pénitencier. Pendant de nombreuses années, les prisonniers politiques étaient envoyés croupir et mourir au bagne de Taoudeni. Dans les années 1990, les rebelles touaregs (avec à leur tête l'actuel chef d'Ansar Dine) ont attaqué le bagne. La plupart des bâtiments et les blindés qui s'y trouvaient ont été détruits. Les vents de sable ont fait le reste. Il n'y a plus que quelques bouts de murs debout.

  15. Maradi, Niger, 2008. Ici, des forces spéciales américaines forment des soldats nigériens de la compagnie de lutte antiterroriste au maniement des armes. Après le 11-Septembre, les États-Unis ont engagé un plan d’envergure dans la région pour lutter contre les groupes islamistes se revendiquant d’Al-Qaïda.

  16. Maradi, Niger, 2008. Formation des soldats nigériens par les forces armées américaines au saut en parachute. Entre 2001 et 2006, les États-Unis ont consacré plus de 500 millions de dollars à la lutte contre les infiltrations de militants d’Al-Qaïda dans l’ensemble des pays concernés : Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie, Sénégal, Niger, Nigeria, Tchad.

  17. Région de Tombouctou, nord du Mali, 2008. Des militaires américains dans un village. Le programme de coopération militaire américain prévoyait notamment la présence de vétérinaires venus soigner le bétail des paysans maliens.

  18. Tombouctou, nord du Mali, 2008. Des soldats américains circulent en ville.

  19. Région de Tombouctou, nord du Mali, 2008. Des soldats de la 512e Compagnie d'infanterie motorisée malienne sont entraînés par des forces spéciales américaines à la lutte contre Al-Qaïda et à la sécurisation des frontières.

  20. Région de Tombouctou, nord du Mali, 2008. Ces soldats américains font partie du 10e bataillon des Forces spéciales US, basé à Stuttgart.

Voir tous les portfolios

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale