Un maire allemand réclame plus d'immigrés

Por

Alors que l’Europe cherche par tous les moyens à repousser les immigrés qui traversent la Méditerranée, un maire allemand, Oliver Junk, voit en eux une chance pour repeupler sa ville à la démographie déclinante.

Artículo en acceso libre. Descubre y lee todo en Mediapart Abonarse

Alors que l’Europe cherche par tous les moyens à repousser les immigrés qui traversent la Méditerranée, un maire allemand, Oliver Junk, voit en eux une chance pour sa petite ville de Goslar à la démographie déclinante (Basse-Saxe). Goslar est située dans une aire économique sinistrée au centre de l'Allemagne, avec l’un des plus faibles taux de natalité au monde. La ville perd 1 500 à 2 000 de ses 50 000 habitants par an !

Membre du parti chrétien-démocrate (CDU) d’Angela Merkel, l'avocat de 39 ans se veut « pragmatique ». Il argumente que sa ville dispose de beaucoup de logements inoccupés qui pourraient être occupés par des immigrés plutôt que de les laisser se dégrader. En 2015, l’Allemagne devrait accueillir près d’un demi-million de demandeurs d’asile, le double de l’an passé. Mais Goslar n’en a accueilli que 48 en 2014 et 41 cette année, car en Allemagne les réfugiés sont répartis selon la richesse et la taille des communes. Un système jugé « fou » par Oliver Junk « parce que les grosses villes souffrent souvent d’un manque de logements disponibles alors que nous, nous avons de la place ». Au risque cependant de créer de nouveaux ghettos en concentrant les réfugiés dans des quartiers déshérités, souligne une travailleuse sociale...

A lire sur The Guardian

Continùa leyendo en Mediapart Acceso ilimitado al periódico participación libre en el club Abonarse