Le désir des spectres

Par Ulysse Baratin (En attendant Nadeau)

Ce livre est d’abord un poème de Niki Giannari intitulé Des spectres hantent l’Europe. Il accompagne un documentaire éponyme qu’elle a tourné avec Maria Kourkouta dans un camp de migrants en Grèce. Georges Didi-Huberman commente l’ensemble, en tant qu’historien de l’art et philosophe. Poursuivant une réflexion au long cours, il engage à reconsidérer l’une des questions les plus graves de notre époque.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Très récemment, Olivier Cadiot prescrivait de « ne pas faire de poèmes sur les migrants. Ni minimalistes ni répétitifs. Ne dites pas je à leur place. (…) Arrêtez l’art ». Injonction de bon sens. Pensait-on tout du moins jusqu’à la lecture d’un poème, justement, de Niki Giannari, « Des spectres hantent l’Europe ». Un poème grec sur les migrants n’étonne qu’à moitié. La Grèce compta et compte encore tant d’émigrés et de réfugiés qui chantèrent l’exil. Le présent texte ne s’adresse pas aux familles laissées derrière, mais bien à nous, Européens, depuis Idomeni, aux syllabes si évocatrices de l’Iliade.