Macron face au monde, ou le président Castafiore

Par

En recevant le Turc liberticide Recep Tayyip Erdoğan vendredi 5 janvier, Emmanuel Macron va au-delà d'une diplomatie fondée sur les réalités. Il joue avec notre crainte de la menace dictatoriale. Pour cultiver son ascendant et s'embellir en ce miroir...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le côté caméléon kaléidoscopique d'Emmanuel Macron défie les étiquettes, dont il se méfie. Elles collèrent à ses deux prédécesseurs. Jusqu'à les faire disparaître sous les dénominations infamantes reprises en chœur par les électeurs : Nicolas Sarkozy n'était plus, aux yeux de tous, que le vulgaire insensé ; puis François Hollande l'empoté dépassé. Du coup, M. Macron refuse de se laisser épingler par les entomologistes médiatiques : insaisissable il se veut. Aucune danse du scalp définitionnelle ne pourra le « jivariser » !