Bertrand Geay: comment ce gouvernement rétrécit l’école

Par
Alors que se profile la suppression des IUFM dans le cadre de la réforme de la formation et du recrutement des enseignants, l'ex-instituteur et sociologue de l'éducation, Bertrand Geay, dresse le bilan de ces institutions controversées et tente de saisir la logique des réformes scolaires voulues par le gouvernement et l'Elysée. Lire également: recrutement des enseignants, le grand chambardement et Xavier Darcos, l'activiste zélé de Nicolas Sarkozy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ancien instituteur et formateur en IUFM, Bertrand Geay a mené parallèlement des recherches en sociologie de l'éducation. Il est aujourd'hui professeur à l'Université de Picardie. En 1999, il a publié Profession : instituteurs, un livre important sur un groupe social somme toute assez méconnu. Il revient pour Mediapart sur la décision de suppression des IUFM et plus largement sur les réformes scolaires en cours.

Après le discours du chef de l'Etat sur l'école, le 2 juin, la suppression des IUFM est programmée. Comment recevez-vous cette décision ?

C'est une annonce très curieuse puisque, d'une certaine manière, la suppression a déjà eu lieu avec l'intégration des IUFM dans les universités. Si l'on éprouve le besoin de l'annoncer, c'est sans doute qu'on va aller au-delà de cette intégration et jusqu'à la disparition de la formation professionnelle dans des écoles "professionnelles".