Montpellier Danse : Pascal Rambert s'affronte à la danse – et au sexe.

Par
Dans le cadre du festival Montpellier Danse, le metteur en scène et auteur de théâtre Pascal Rambert crée ce jeudi soir à minuit son premier spectacle chorégraphique. Comme son titre le laisse deviner, Libido sciendi mettra du sexe explicite sur le plateau – et sera donc interdit aux moins de 18 ans. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

N'en déplaise aux gardiens de temples du spectacle vivant, les œuvres les plus intéressantes sont aussi souvent les plus inclassables, aux croisements du théâtre, de la danse, de la performance, et parfois de la vidéo, du cinéma, des arts plastiques, de la littérature. S'il fallait justifier du choix d'un spectacle en particulier pour traiter du prestigieux festival chorégraphique Montpellier Danse, ce pourrait être ce constat. Dès la lecture du riche programme de l'édition 2008, une proposition attire, sur le papier, l'œil curieux : Libido Sciendi de Pascal Rambert. Le titre évidemment (que Rambert traduit très librement par « J'apprends par le sexe »), aussi intrigant qu'alléchant, mais le nom qui lui est associé plus encore, celui d'un auteur et metteur en scène de théâtre, réalisateur à ses heures et jusqu'ici totalement inconnu des services chorégraphiques. D'où l'envie de rencontrer celui qui, depuis l'an dernier, a succédé au Théâtre de Gennevilliers à son fondateur (en 1964), Bernard Sobel.