La malédiction du «Don Quichotte»

Le Monde raconte l’histoire tragi-comique de l’Arlésienne du septième art. Le film de Terry Gilliam, L’Homme qui tua Don Quichotte, est enfin prêt à sortir en salles. Mais reste bloqué.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faudrait toujours se fier à Sancho Pança, le fidèle serviteur du fantasque chevalier Don Quichotte, les deux ­héros de l’œuvre de Miguel de Cervantes. « Chacun est comme Dieu l’a fait, et bien souvent pire », observait ainsi le valet, pragmatique en diable.