Sur Twitter, le mensonge se diffuse plus vite et plus loin que la vérité

Les bobards (« fake news ») rencontrent un écho bien plus large sur Internet que les vraies informations. On le pressentait, mais une vaste étude scientifique américaine vient de le démontrer. Elle livre des pistes d’intervention, relate Le Temps de Genève.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Les réseaux sociaux ont démultiplié la diffusion de l’information, mais on sait peu de choses sur la façon dont ils favorisent la dissémination des fausses informations », écrivent Soroush Vosoughi et ses collègues du Massachusetts Institute of Technology (MIT), à Cambridge (États-Unis). Leur analyse parue dans la revue Science du 9 mars le démontre, chiffres à l’appui : sur Twitter, les fausses informations se propagent plus vite et plus loin, touchant davantage de gens que les vraies.