Thierry Beinstingel, Gaëlle Bantegnie: anormale normalité

Par

Thierry Beinstingel, dans Ils désertent, décortique l’entreprise, les solitudes, deux existences apparemment simples, pour mieux fêter la discrète dissidence, Hannah Arendt et Rimbaud à l’appui. Gaëlle Bantegnie, avec Voyage à Bayonne, démontre avec drôlerie que la vie de couple peut générer des araignées dans le plafond, le temps d’un parcours estival. Extraits en fin d'article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il se passe quelque chose de réjouissant, autour du roman de Thierry Beinstingel, Ils désertent. Ce récit ancré dans l’ordinaire – entreprise en zone d’activité, maison en lotissement paumé, blessure affective soigneusement confinée, réussite sociale à modeste échelle – suscite depuis sa parution un véritable courant de sympathie. Après avoir figuré dans les sélections Goncourt et Femina, il a a reçu, le 3 décembre et à l'Hotel du Nord, le prix Eugène Dabit du roman populiste, et dont l'objet fut résumé ainsi par ses fondateurs, en 1929: "le peuple plus le style".