Étonnant Pierre Juquin ! À 82 ans, il vient de publier le premier tome d'Aragon, un destin français (Ed. La Martinière), qui court jusqu'en 1939. L'ouvrage (un second tome paraît en mars) comptera cent chapitres, histoire de donner à comprendre celui qui se voyait en Victor Hugo du XXe siècle : Louis Aragon (1897-1982). L'auteur, ancien apparatchik du PCF, s'avère curieux, fiable et libre dans ses recherches précises, fouillées, passionnantes. Fidèle et critique à la fois, il décèle des lignes de force dans la complexité d'un écrivain brouillant les pistes jusqu'au plus profond de son for intérieur :