Jihad Darwiche, le conteur aux 1001 mots

De Marwaniyé, au Liban-Sud, à Avignon, au sud de la France, ce « raconteur » a tracé son chemin, parsemant ses histoires d’hier et, surtout, d’aujourd’hui. Portrait d’un conteur engagé, aux récits transmetteurs de sens, paru dans L’Orient-Le-Jour (Beyrouth).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Beyrouth, où il se prépare à conter au Festival Horch Beirut ce dimanche 24 juin, Jihad Darwiche annonce d’emblée la couleur. « Si l’art de conter puise dans le passé, mes histoires, elles, parlent d’aujourd’hui. Elles défendent mon regard sur la vie, la société contemporaine, les événements qui s’y déroulent, ainsi que mes convictions féministes et égalitaires… Car, je le reconnais, je suis un utopiste qui rêve d’un monde meilleur. Et j’espère y contribuer, un tout petit peu, en tissant entre les gens le lien de l’oralité. »