«Le fond de l'air est rouge», fabuleux réquisitoire utopique de Chris Marker

Par

Chris Marker, un an après sa mort, bondit parmi nous tel un chat : exposition au Centre Pompidou, coffret de dix DVD, films de retour en salle. Plein feu sur Le fond de l'air est rouge, documentaire critique et frondeur, qui aide à interpréter le monde tout en poussant à le transformer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chris Marker (1921-2012) fut notre frère dans l’ordre de la sédition. Il croyait à l’étincelle (Iskra en russe – c’est le nom de la société de production attachée à son activité cinématographique). Pas « l’étincelle qui met le feu à la plaine » (Lénine), tant l’artiste bourlingueur des luttes universelles se méfiait de nos illusions collectives récupérées par qui de (non) droit. Plutôt l’étincelle qui rallume la mémoire, ranime l’espérance, réveille l’action.