Savoirs et pouvoirs: un nouveau récit

Par

L’historien Dominique Pestre dirige une impressionnante Histoire des sciences et des savoirs dont il explique les enjeux en vidéo, à l’aide de nombreuses illustrations et images, et avec un talent oratoire certain.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

YouTube

Dominique Pestre est directeur d’études à l’EHESS et au centre Alexandre-Koyré. Après avoir travaillé sur l'histoire de la physique et les relations entre sciences et guerre, il s'intéresse aux transformations des régimes de savoirs et à une réflexion historiographique et théorique sur l'étude des sciences en société. Il vient de diriger une ambitieuse Histoire des sciences et des savoirs, parue aux éditions du Seuil.

Par-delà la diversité des espaces et des périodes parcourus dans les trois volumes de cette publication, et à l’aide des 70 auteurs impliqués dans ce projet novateur, il tente une synthèse des « constantes entêtantes » d’un récit historique qui articule sans cesse science et société, savoirs et pouvoirs, pour « questionner l'inanité de huit lieux communs. À savoir : que l'Europe aurait inventé "les sciences" ; que celles-ci résulteraient d'abord et avant tout de la créativité de ses savants ; que les sciences ne seraient qu'affaires intellectuelles et conceptuelles, que les savoir-faire, les pratiques matérielles, artisanales ou industrielles ne sauraient lui être décisives ; que le déploiement des sciences ne serait pas organiquement lié au commerce et au monde des affaires ; que les sciences ne seraient pas centralement affaire des États ; que les "communautés scientifiques" régleraient "en interne" leurs questions et qu'elles seraient au-dessus de l'espace et des opinions publiques ; que les sciences seraient à part des idéologies sociales, qu'elles pourraient dire la réalité objective des races et de genre, par exemple ; que nos ancêtres auraient développé leurs activités sans se soucier des dégâts infligés à la nature, qu'ils n'auraient pas eu la (rare) réflexivité qui est la nôtre aujourd'hui ; que les sciences progresseraient selon leurs logiques propres, finalement – alors que ces mutations peuvent avantageusement se lire comme déplacement des espaces où elles s'élaborent ».

Rapports entretenus entre les sciences, la politique et le gouvernement des hommes ; mise en regard des savoirs du Nord et des savoirs du Sud ; relations entre la science officielle et les savoirs populaires, les « savoirs tacites » ou les « tours de main » ; apparition d’une dichotomie entre le monde savant professionnel et le monde savant amateur qui n’existait pas comme telle avant les Lumières ; modification de la place du savant au sein de la nouvelle économie politique des savoirs forgée depuis 40 ans ; résistances très anciennes à la pollution scientifique et technologique ; « spectacles de sciences » ; interdépendances entre l’univers militaire et le monde des laboratoires…

Dominique Pestre aborde ces différentes thématiques en commentant quelques-unes des images emblématiques de ce récit vertigineux.

 

Histoire des sciences et des savoirs. Tome 1. De la Renaissance aux Lumières. Le Seuil.

Histoire des sciences et des savoirs. Tome 2. Modernité et globalisation. Le Seuil. 

Histoire des sciences et des savoirs. Tome 3. Le siècle des technosciences. Le Seuil.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale