Un thriller rural avec site internet

Par Jean-Luc Tiesset (En attendant Nadeau)

« Parce que la société ne fonctionne plus comme à l’époque de Balzac ou de Thomas Mann, Brandebourg est une œuvre d’art totale, littéraire et virtuelle », explique Juli Zeh, auteure d'un roman stupéfiant dont l'intrigue sur papier se prolonge dans le monde virtuel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Y aurait-il en terre germanique un regain d’intérêt pour le roman rustique ou villageois, le « Dorfroman » si bien représenté jadis par Adalbert Stifter ou Gottfried Keller, par exemple ? Brandebourg, huitième ouvrage traduit en français de Juli Zeh, suit en effet de peu la parution de Avant la Fête, de Sasa Stanisic (Stock), dont l’action se situe d’ailleurs dans la même région d’Allemagne : la coïncidence est-elle due à l’attrait particulier que peut exercer sur un romancier ou une romancière une province longtemps restée à l’écart des bruits et des fureurs de la ville, si proche de Berlin qu’elle fût, tel un conservatoire du passé à la beauté farouche, où l’ombre de Theodor Fontane rôde encore ?