Spitzberg, l'île de toutes les semences du monde

La réserve mondiale de semences du Svalbard, sur l'île du Spitzberg en Norvège, est interdite au public. Qu'y fait-on ? Qui paye ? Pourquoi? Un reportage en quatre volets de Mathilde Goanec.

Spitzberg. Dans le cœur contesté de la biodiversité du monde

Par
Longyearbyen, capitale de l'archipel de Svalbard. © M.G. Longyearbyen, capitale de l'archipel de Svalbard. © M.G.
C'est une fausse bonne idée pour les uns; un véritable trésor pour les autres. La réserve mondiale de semences du Svalbard provoque de vifs débats dans les milieux scientifiques et chez les promoteurs de la biodiversité. Située sur l'île du Spitzberg, interdite au public, cette banque de graines n'ouvre ses portes que quatre ou cinq fois par an. Explications et visite guidée. Un reportage en quatre volets de Mathilde Goanec.

Spitzberg. Dans la chambre forte de la banque mondiale des semences

Par

Deuxième volet de notre enquête sur l'installation, sur l'île du Spitzberg, d'une réserve mondiale de la biodiversité. Visite guidée avec le scientifique qui gère l'installation.Un reportage et diaporama sonore de Mathilde Goanec.

Spitzberg. Qui finance la banque de graines ?

Par
Portfolio sonore accessible dans l'article © MG Portfolio sonore accessible dans l'article © MG

Outre le gouvernement norvégien, des financements privés contribuent à la réserve de semences du Svalbard. Parmi eux, la fondation de Bill Gates, par ailleurs liée au géant semencier Monsanto, chantre des OGM. Troisième volet du reportage avec portfolio sonore de Mathilde Goanec.

Spitzberg. L'existence même des banques de graines en question

Par
Des graines dans la banque du Spitzberg Des graines dans la banque du Spitzberg

La réserve mondiale de semences du Svalbard n'est pas critiquée que pour son financement. C'est l'idée même d'une conservation des graines «hors sol» qui pose problème, pour certains spécialistes, partisans d'une conservation in situ. Quatrième et dernier volet du reportage de Mathilde Goanec.