En brandissant leur statut, Macron tend un piège aux cheminots

Par

C’est sur insistance du gouvernement que la réforme du statut des cheminots est devenue prioritaire dans le rapport Spinetta. Un tel changement, qui permettrait à peine d’économiser entre 100 et 150 millions d’euros à un horizon de dix ans, ne résout en rien l’avenir de la SNCF. Mais l’objectif de l’Élysée est ailleurs : gagner une bataille politique, en ralliant à lui l’opinion publique. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment sortir du piège tendu par le gouvernement ? À la sortie de la première réunion avec la secrétaire d’État chargée des transports, le 1er mars, les quatre principaux syndicats de la SNCF – CGT cheminots, CFDT cheminots, Unsa ferroviaire et Sud-Rail –, reçus un par un, faisaient tous le même constat : la négociation avec le gouvernement sur l’avenir de la SNCF et, plus largement, du transport ferroviaire s’annonce de façade. « Nous ne sommes pas du tout rassurés », déclarait le secrétaire général de la CGT cheminots, Laurent Brun, à la sortie de sa rencontre avec Élisabeth Borne, annonçant que son syndicat allait participer aux réunions « sans beaucoup d’illusions ».