martine orange

Ancienne journaliste à l'Usine Nouvelle, au Monde, et à la Tribune. Plusieurs livres: Vivendi: une affaire française; Ces messieurs de chez Lazard, Rothschild, une banque au pouvoir. Participation  aux ouvrages collectifs : l'histoire secrète de la V République, l'histoire secrète du patronat ,  Les jours heureux, informer n'est pas un délit.

Consulter ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • De General Electric à Bouygues, le douteux transfert de Clara Gaymard

    Par
    Clara Gaymard (GE France) Jeff Immelt (GE) et Patrick Kron (Alstom) en visite à Belfort en juin 2014 © Reuters Clara Gaymard (GE France) Jeff Immelt (GE) et Patrick Kron (Alstom) en visite à Belfort en juin 2014 © Reuters

    Depuis qu’elle a quitté General Electric, où elle a joué un rôle actif lors du rachat d’Alstom, Clara Gaymard s’est lancée dans la finance privée. Seulement, GE l’a encore rémunérée en 2017, contre des conseils. Et Bouygues, principal actionnaire d’Alstom, a décidé de soutenir sa reconversion en la nommant à son conseil et en finançant son fonds. Au mépris de toute déontologie.

     

  • Un recours est lancé contre la rente des sociétés d’autoroute

    Par
    Ségolène Royal, alors ministre de l'écologie, et Emmanuel Macron, alors ministre de l'économie en 2016. © Reuters Ségolène Royal, alors ministre de l'écologie, et Emmanuel Macron, alors ministre de l'économie en 2016. © Reuters

    Après avoir obtenu la publication du protocole d’accord signé en avril 2015 entre l’État et les sociétés autoroutières, Raymond Avrillier, l’ancien élu écologiste de Grenoble, vient d’adresser un recours gracieux auprès du premier ministre pour en demander l’annulation. Signé par « des personnes qui n’en avaient pas compétences » (Emmanuel Macron et Ségolène Royal), « ce contrat est manifestement contraire à l’intérêt général ».

  • Christine Lagarde à la BCE: une femme sous allégeance

    Par

    Christine Lagarde a été jugée comme la candidate idéale pour succéder à Mario Draghi. Un choix dangereux, au moment où les politiques monétaires menées depuis dix ans sont à bout de souffle et où il va falloir autorité intellectuelle et audace pour trouver d’autres chemins.

  • Au G20, le visage grimaçant du monde

    Par
    Les dirigeants du G20 à Osaka, le 28 juin 2019. © Reuters Les dirigeants du G20 à Osaka, le 28 juin 2019. © Reuters

    Avant même la tenue du sommet à Osaka, Vladimir Poutine avait donné le la en déclarant que « le libéralisme est obsolète ». Et de fait, cette réunion du G20 a été marquée par l’affirmation de l’illibéralisme, la réhabilitation et la réinstallation des pouvoirs autoritaires et liberticides dans le premier cercle des responsables mondiaux. L’Europe n’a rien dit, actant sa reddition.

  • Les terres rares, une nouvelle géopolitique des matières premières

    Par
    Tuyaux d'évacuation polluant l'eau d'une raffinerie de terres rares en Mongolie intérieure. © Reuters Tuyaux d'évacuation polluant l'eau d'une raffinerie de terres rares en Mongolie intérieure. © Reuters

    En pleine guerre commerciale avec les États-Unis, le président chinois menace de prononcer un embargo sur les exportations chinoises de terres rares. Ces matériaux et métaux sont devenus essentiels dans la transition écologique et le numérique. Et la Chine en détient le quasi-monopole. Il en sera question au G20. Décryptage avec Guillaume Pitron, auteur de La Guerre des métaux rares.

  • Pourquoi les Etats-Unis ont besoin d’un pétrole cher

    Par
    Une raffinerie de pétrole à Philadelphie (États-Unis). © Reuters Une raffinerie de pétrole à Philadelphie (États-Unis). © Reuters

    En une décennie, les États-Unis sont passés du statut de premier importateur mondial de pétrole à celui de premier producteur. Toutes leurs perspectives géopolitiques et économiques s'en trouvent modifiées. Cette nouvelle donne pèse aussi sur leurs choix diplomatiques.

  • EDF: le nouveau retard de Flamanville tourne à l’accident industriel

    Par
    Chantier de l'EPR de Flamanville. © Reuters Chantier de l'EPR de Flamanville. © Reuters

    Dans l’urgence, la direction d’EDF a convoqué un conseil d’administration extraordinaire jeudi soir pour faire le point sur l’EPR de Flamanville, dont le chantier risque d'être retardé jusqu’à fin 2022. La filière nucléaire française sombre au moment où le gouvernement veut imposer la désintégration d’EDF pour le réduire à un producteur nucléaire.

  • A Saint-Denis, le front commun des élus contre la privatisation d’ADP

    Par et
    capture-d-e-cran-2019-06-20-a-15-06-16

    La réunion était inédite et ils s’étonnaient eux-mêmes de se retrouver là, unis. Après avoir signé ensemble la proposition référendaire contre la privatisation d’ADP, des parlementaires de gauche et de droite ont lancé, le 19 juin, à la bourse du travail de Saint-Denis, la campagne de signatures.

  • L’Italie est-elle en train de créer une monnaie parallèle?

    Par
    Le responsable de la Ligue, Matteo Slavini, pendant la campagne des élections européennes © Reuters Le responsable de la Ligue, Matteo Slavini, pendant la campagne des élections européennes © Reuters

    Pour l’instant, ce n’est qu’une décision de principe : le gouvernement italien envisage de créer des bons du trésor (mini-BOTs) censés officiellement servir de moyens de paiement pour ses arriérés. L’initiative inquiète déjà les responsables européens et les financiers : ces mini-BOTs pourraient très vite se transformer en monnaie parallèle interne à l’Italie, au risque de miner l’euro.

  • Le référendum d’initiative partagée contre la privatisation d’ADP entre dans sa phase concrète

    Par
    Conférence de presse des parlementaires annonçant le lancement de la procédure référendaire sur ADP le 9 avril. © DR Conférence de presse des parlementaires annonçant le lancement de la procédure référendaire sur ADP le 9 avril. © DR

    Le recueil des signatures demandant la tenue d’un référendum sur le statut du groupe Aéroports de Paris (ADP) commence officiellement jeudi 13 juin à minuit. Il faut réunir 4,7 millions de voix pour engager le référendum. Le gouvernement traîne des pieds pour définir toutes les modalités du processus.