martine orange

Ancienne journaliste à l'Usine Nouvelle, au Monde, et à la Tribune. Plusieurs livres: Vivendi: une affaire française; Ces messieurs de chez Lazard, Rothschild, une banque au pouvoir. Participation  aux ouvrages collectifs : l'histoire secrète de la V République, l'histoire secrète du patronat ,  Les jours heureux, informer n'est pas un délit.

Consulter ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Alstom: Emmanuel Macron rattrapé par son passé

    Par

    La Commission européenne a mis son veto au rapprochement avec Siemens au nom de la concurrence. General Electric, qui a repris les activités énergie du groupe au temps où Emmanuel Macron était secrétaire général adjoint de l’Élysée, ne peut tenir ses engagements et s’apprête à tout restructurer.

  • Aux Etats-Unis aussi, la question de la justice fiscale revient en force

    Par

    Un taux d’imposition de 70 % pour les personnes gagnant plus de 10 millions de dollars, une nouvelle répartition des pouvoirs au sein des conseils d’administration… Des élus du parti démocrate et des économistes relancent le débat sur un nouveau New Deal pour lutter contre les inégalités.

  • Conjoncture: l’hiver économique européen

    Par

    L’embellie n’aura pas duré dix-huit mois. À peine sortie de la crise, l’économie européenne est à nouveau menacée de retomber dans le marasme. Le président de la BCE se dit prêt à reprendre sa politique monétaire accommodante pour soutenir l’activité. Mais à quoi bon engager des centaines de milliards s’ils ne permettent pas de construire une économie solide pour le bénéfice de tous ?

  • Affaire Ghosn: les lourds secrets d’Alain Bauer

    Par et

    Enrôlé par Carlos Ghosn, le consultant en sécurité Alain Bauer a été payé plus de 200 000 euros par an via les Pays-Bas, selon L’Express. L’intéressé dément ces paiements à l’étranger, mais admet que 43 missions ou interventions ont été réalisées par lui en 2017-2018 pour le compte du groupe Renault.

  • Davos, dernière édition?

    Par

    Les absents seront peut-être plus importants que les présents lors de ce sommet de Davos. Pour la première fois depuis sa création en 1971, aucune délégation des autorités américaines ne sera là. Le président chinois a annulé sa venue, tout comme la première ministre britannique pour cause de Brexit, ou Emmanuel Macron en raison des « gilets jaunes ». Autant de signes que quelque chose s’est cassé, peut-être irrémédiablement, dans le récit de la mondialisation heureuse.

  • Le parquet de Paris est saisi de l'affaire Alstom

    Par
    Emmanuel Macron, alors ministre de l'économie, et Patrick Kron, alors pdg d'Alstom en 2015 Emmanuel Macron, alors ministre de l'économie, et Patrick Kron, alors pdg d'Alstom en 2015

    Olivier Marleix, ancien président de la commission parlementaire sur les décisions de l’État en matière de politique industrielle, a saisi le parquet de Paris sur l’affaire Alstom. Le député LR s’interroge sur les conditions de vente qui ont abouti au démantèlement du groupe industriel. Emmanuel Macron, ministre de l’économie à l’époque, est clairement visé.

  • Autoroutes: les dessous des relations entre l’Etat et les concessionnaires

    Par
    Ségolène Royal, alors ministre de l'écologie, et Emmanuel Macron, alors ministre de l'économie en 2016. © Reuters Ségolène Royal, alors ministre de l'écologie, et Emmanuel Macron, alors ministre de l'économie en 2016. © Reuters

    En pleine révolte des « gilets jaunes », la ministre des transports s’active pour déminer la bombe des nouvelles hausses de tarifs des autoroutes au 1er février. Mediapart révèle l’intégralité de l’accord de 2015 signé par Emmanuel Macron, alors à Bercy, et Ségolène Royal, ministre de l’écologie, avec les sociétés concessionnaires des autoroutes. Une capitulation volontaire de l’État, abandonnant tout intérêt public.

  • CAC 40: au bonheur du capital

    Par
     © Mediapart © Mediapart

    En 2018, les groupes du CAC 40 ont versé 57,8 milliards d’euros à leurs actionnaires, soit la moitié de leurs profits. Ces sommes ne se retrouvent pas dans le financement de l’économie, malgré ce qu’avait assuré le gouvernement lors de sa réforme sur le capital.

  • Adam Tooze: ces dix ans de crise qui ont changé le monde

    Par

    Adam Tooze, spécialiste de l’histoire de l’économie, a réalisé une somme sur la crise financière de 2008. S’il y a un livre à lire sur cette période de rupture qui marque la fin du consensus sur le néolibéralisme et la globalisation, c’est bien celui-ci.

  • BCE: une politique monétaire à contretemps, un risque pour l’Europe

    Par
    Mario Draghi, président de la BCE. © Reuters Mario Draghi, président de la BCE. © Reuters

    Mario Draghi renoncera à sa politique de rachat de dettes souveraines à partir de janvier 2019. Ses interventions ont permis de calmer la fièvre de la monnaie unique, mais n’ont réglé aucun des problèmes de la zone euro. Ce désengagement risque de peser sur l’avenir de l’Europe.