Bruno Amable : « Macron a fédéré un “bloc bourgeois” et veut l’étendre à droite »

L’économiste Bruno Amable décrit comment les socialistes et la droite ont fragilisé leurs bases sociales en transformant le modèle français dans un sens néolibéral. Mieux qu’eux, Emmanuel Macron a su fédérer un « bloc bourgeois » dont il cherche à étendre les frontières. En face, aucun bloc populaire de gauche n’existe encore. 

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Éclairer les stratégies politiques d’aujourd’hui à la lumière des bouleversements qu’a subis le modèle socio-économique français depuis quatre décennies. C’est ce qu’accomplit l’économiste Bruno Amable, professeur à l’université de Genève, dans La Résistible Ascension du néolibéralisme, tout juste publié aux éditions La Découverte. Il est l’invité de ce nouveau numéro d’« Éco à contre-courant ». 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

L’éco à contre-courant

L’éco à contre-courant
par Romaric Godin et Dan Israel
L’éco à contre-courant
par Fabien Escalona
L’éco à contre-courant
par Romaric Godin

À la Une de Mediapart

France — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
France — Politique
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Europe — Reportage
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Entreprises
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard