G20: la décevante réunion de Londres

Par
Un an après l'effondrement de la banque Lehman Brothers, le sommet du G20 qui doit se tenir à Pittsburgh les 24 et 25 septembre devrait être l'occasion de tirer les leçons de la crise financière. A voir ce qui s'est décidé lors de la réunion des ministres des finances du G20 à Londres ce week-end, les attentes risquent d'être déçues.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un an après l'effondrement de la banque Lehman Brothers, le sommet du G20 qui doit se tenir à Pittsburgh les 24 et 25 septembre devrait être l'occasion de tirer les leçons d'une crise financière d'une ampleur sans précédent depuis la crise de 1929 et de permettre aux dirigeants de prendre les premières mesures pour assurer une meilleure stabilité financière internationale. C'est en tout cas ce que laissent espérer les principaux responsables politiques et économiques. Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, parle d'une «coopération internationale sans précédent». A voir, cependant, ce qui s'est décidé lors de la réunion des ministres des finances du G20 à Londres ce week-end – qui normalement donne le ton du sommet –, les attentes risquent d'être déçues. Rien de fort, rien de décisif n'a été annoncé.