Affaire Kerviel: le prix du silence

Par

Pourquoi la Société générale a-t-elle passé des accords transactionnels avec les salariés liés à l’affaire Kerviel ? Contre sept ans de salaire au titre de leurs indemnités de licenciement, ceux-ci se sont engagés à garder « confidentielles toutes informations dont ils avaient pu avoir connaissance ». Sous peine de devoir tout rembourser.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déçu, abattu. À la sortie des prud’hommes, jeudi 4 juillet, Jérôme Kerviel ne cachait pas sa déception. Une nouvelle fois, la demande d’expertise indépendante qu’il sollicite pour évaluer la réalité des 4,9 milliards d’euros de pertes que la Société générale lui impute et réclame comme dommages et intérêts, venait de lui être refusée (voir Le cadeau fiscal de Lagarde a servi à payer les actionnaires).