Travailler en association : un paradis incertain

1,8 million de salariés travaillent pour de drôles d’employeurs : des associations. Travailler pour une cause qu’on défend, aux côtés de militants, dans des valeurs d’horizontalité et de respect a tout pour plaire. Mais il y a loin des discours à la réalité.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Ils sont 1,8 million de salariés, au service de 159 000 drôles d’employeurs : des associations. Travailler pour une cause qu’on défend, aux côtés de militants, bénévoles ou non, dans un milieu qui prône souvent des valeurs d’horizontalité et toujours le respect de chacun ? Sur le papier, ce choix a tout pour plaire.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Espace de travail

Espace de travail
par Khedidja Zerouali
Espace de travail
par Dan Israel
Espace de travail
par Dan Israel
Espace de travail
par Géraldine Delacroix et Dan Israel

À la Une de Mediapart

France — Reportage
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Europe — Analyse
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Gauche(s) — Analyse
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Gauche(s) — Entretien
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle