Des conseillers d’Etat s’accommodent d’une grave violation de la loi

Par

L’affaire des indemnités des membres de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, dont le secrétariat général du gouvernement est saisie, tourne à la bouffonnerie. L’affaire est si embrouillée qu’on ne voit plus comment elle va se dénouer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire des indemnités des membres de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) tourne à la bouffonnerie. Sollicité par le directeur général de la CDC, Pierre-René Lemas, pour formuler un avis juridique sur leur légalité, le secrétaire général du gouvernement (SGG), Marc Guillaume, prétend désormais, dans un courriel à Mediapart, qu’il n’a pas fait la recommandation qu’on lui impute. Tant et si bien qu’on ne sait si le patron de la CDC, qui avait suspendu en avril le versement de ces indemnités dans l’attente de cet avis, va reprendre ces versements ou y renoncer. L’affaire est devenue tellement embrouillée qu’on ne voit plus désormais comment elle va se dénouer.