Dépakine: Sanofi refuse de contribuer à l'indemnisation des victimes

Par
Sanofi a annoncé mercredi refuser de contribuer à l'indemnisation des victimes du valproate de sodium, un antiépileptique commercialisé par le laboratoire sous la marque Dépakine, estimant que les premiers avis du dispositif d'indemnisation relatif à ce médicament "ne prennent pas en considération la réalité des faits".
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

(Reuters) - Sanofi a annoncé mercredi refuser de contribuer à l'indemnisation des victimes du valproate de sodium, un antiépileptique commercialisé par le laboratoire sous la marque Dépakine, estimant que les premiers avis du dispositif d'indemnisation relatif à ce médicament "ne prennent pas en considération la réalité des faits".

Dans un communiqué, le groupe estime que si la responsabilité de l'État a été en partie retenue dans certains de ces avis, le dispositif d'indemnisation mis en place "ne prend pas en compte les preuves établissant que Sanofi a informé les autorités en toute transparence sur les données disponibles, conformément à la réglementation applicable".

Dans ce contexte, il estime ne pas pouvoir donner suite à ces avis.

Ce médicament, à l'origine de milliers de malformations congénitales est interdit depuis fin juin en France pendant la grossesse et aux femmes en âge de procréer sauf circonstances exceptionnelles.

Entre 2.150 et 4.100 enfants ayant été exposés in utero au valproate et à ses dérivés sur la période 1967-2016 seraient atteints d'au moins une malformation congénitale majeure, selon une estimation pour la France établie par une étude des autorités sanitaires publiée en 2017.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale